Comme je suis quand même une bonne pâte je vais livrer à vos impatiences un petit diaporama sur l’histoire du vin. C’est à consommer bien sûr avec modération, chose que nos ancêtres, qu’ils soient gaulois ou non, n’avaient pas pour habitude de faire.

Comme vous le savez sans doute, le vin est apparu il y a environ 8000 ans au Proche-Orient, dans le Croissant Fertile. Il a traversé les plus grandes civilisations antiques, mésopotamiennes, égyptiennes, grecques, étrusques, romaines et même celtes. Alors que la bière est la boisson quotidienne des Mésopotamiens et des Egyptiens, le vin est un produit rare réservé aux fêtes organisées par les souverains et les prêtres. Dans l’antiquité, le bon usage du vin distingue les cultures dites civilisées des peuples qualifiés de barbares ; certaines mauvaises langues diront aujourd’hui que c’est toujours le cas !

Notons encore que certains chefs gaulois, dont Vercingétorix, font figurer une amphore à vin sur leurs monnaies. Cependant si le vin occupe une place importante dans la vie religieuse, le goût immodéré des Gaulois pour ce breuvage est souligné par de nombreux témoignages.

Le 7 octobre dernier, la Maison régionale des arts de la table a été distinguée par la Fondation Nestlé France. Cette récompense lui a été remise ce 6 novembre à Dijon, future cité de la gastronomie.Je vous ai déjà présenté les expositions sur « les dinettes », « les couverts », « le bleu dans les arts de la table », « les coquetiers » et « sauces, épices et condiments ». Cette année l’exposition portait sur « les assiettes historiées ». Comme d’habitude les collections exposées étaient remarquables et le diaporama que je vous propose n’est qu’un trop mince condensé des 1700 pièces révélées à nos yeux ébahis. La fréquentation de ce petit musée a malheureusement chutée cette année, peut-être en partie à cause des abords détruits par un accident de camion. Je ne doute pas que la prime généreusement offerte pour la remise de ce prix par la fondation Nestlé France soulagera les difficultés financières de cet établissement remarquable.

Une mauvaise nouvelle pour notre région et plus spécialement pour Cerisiers : la Grange à Janou a fermé définitivement ses portes. Ce bâtiment abritait un musée de la poupée depuis quinze ans. C’est, je pense, la mort dans l’âme que Janou Dechambre, à 80 ans, en a décidé la fermeture faute de repreneur sérieux. Ce sont près de 2000 visiteurs par an qui apportaient une animation à la communauté de communes de la Vanne et du Pays d’Othe. C’est donc à une visite très privée que nous avait accordé la délicieuse Janou que je vous convie avec ce dernier diaporama sur « la Grange à Janou ». Ne vous y trompez pas cette collection n’était pas destinée essentiellement aux enfants ! Les costumes, les intérieurs, ancêtres des maisons de poupées actuelles, la scénographie en général, nous racontent l’histoire de notre société au fil des décennies ; voyez cette épicerie des années 60, ou bien cet atelier de repassage avec leurs anciens modèles dont ces étranges œufs en fer à bouillonner ou à ballonner, destinés à façonner les volumes des dentelles entre autres, ou encore cet atelier de couture. C’est aussi bien sûr une histoire de la mode de la fin du XIXème au milieu du XXème siècle. Mais que vient donc faire cette ancienne photo de Janou avec Edith Piaf ? Quelqu’un pourra-t-il nous le dire ici ?

N’oubliez pas notre gala audiovisuel du 29 novembre

Le chat pitre du 17 novembre 2015

  • Toujours très documentés les réflexions de Jean-Paul.
    Bravo

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0
Vos commentaires sont soumis à la modération de l'administrateur.
Joomla templates by a4joomla